Durant l’année 2020, nous avons produit Reboot Now! le premier court métrage français entièrement tourné sur plateau led

Nous voulons aujourd’hui vous partager notre expérience et nos conseils : préciser l’intérêt de ces plateaux et résumer la pertinence de leur usage sur un cas pratique pour ceux qui penseraient s’orienter vers cette technologie.

Les réflexions en pré-production

Chaque solution technique doit se justifier par une raison artistique 

Bien avant de réserver un plateau, il est crucial de se poser ces questions en amont : 

▪ Qu’apporte le plateau led sur le plan narratif ?

▪ Est-ce que la production est structurée pour ce type de technique, budgétairement et en terme de planning ?

Les plateaux led sont principalement utilisés pour servir de décor en arrière-plan. Il existe cependant différents set-up possibles pour un arrière-plan. Il faut donc déterminer la configuration la plus pertinente pour le projet et sa direction artistique : évaluer le rendu souhaité, la facilité de mise en oeuvre, les contraintes budgétaires etc.

  • Un duratrans peut offrir un très bon rendu à moindre coût en packshot. Un fond vert rendra la  post-production plus flexible avec plus de retouches possibles. Sans oublier le décor réel, s’il est facilement accessible, sera plus intéressant artistiquement et financièrement.

DÉCOR RÉEL

Qualité visuelle
0%
Facilité technique
0%
Flexibilité artistique
0%
Production value
0%

Duratrans

Qualité visuelle
0%
Facilité technique
0%
Flexibilité artistique
0%
Production value
0%

FOND VERT

Qualité visuelle
0%
Facilité technique
0%
Flexibilité artistique
0%
Production value
0%

PLATEAU LED

Qualité visuelle
0%
Facilité technique
0%
Flexibilité artistique
0%
Production value
0%

Sur Reboot Now! nous avons eu cette réflexion dès la lecture du scénario.

En analysant la première version du scénario du film, nous étions face à un grand nombre de scènes à tourner dans des décors extrêmement variés : nous voyagions du désert australien aux rues de Tokyo.

Ces changements de décors justifiaient l’utilisation d’un plateau led : grâce à ce système, nous avons pu tourner 8 décors en 2 jours, un gain de temps inestimable.

  • Quel plateau led utiliser et comment ?

Spoiler alert : tourner sur un plateau led immense n’assurera pas un rendu à la “Mandalorian”

Tous les plateaux led ne sont pas forcément pertinents pour un même film. 

Les petits et moyens plateaux led peuvent proposer de démonter leur set-up pour l’installer dans un autre studio, mais en fonction de la taille du set-up ou type de projet, il peut être plus avantageux de tourner dans leur studio à demeure.

Pour du packshot, des petits set-up (moins de 3mx3m) peuvent être proposés et montés sur demande. 

Pour un projet beauty, le plateau led peut être envisagé, tout en sachant que le défi résidera dans une très bonne maîtrise de la lumière.

Pour la fiction,  on peut trouver des plateaux avec ou sans sol en led. Cela posera la problématique du raccord mur-sol et donc du cadrage. Par exemple pour du rouling, si le sol est en led, le raccord doit être bien testé en amont pour un rendu satisfaisant. S’il n’y a pas de sol led, il est alors impossible de filmer le sol pour un rendu réaliste.

Quels défis organisationnels ?

Spécificité du workflow

L’avantage du plateau led est qu’il réduit le temps de post-production : une grande partie des travaux VFX est transférée à la pré-production. 

Sur le set, les éléments 3D, le décor virtuel et les VFX sont directement intégrés et filmés par la caméra. 

Cela représente un gain de productivité à condition que les bons workflows soient appliqués. Car une fois en post-production, la modification des effets visuels filmés en live sur plateau led deviennent quasi impossibles, ou très couteux.

Capture 3

Le facteur humain dans l’organisation technique

Sur le plateau de The Mandalorian, une dizaine de sociétés étaient réunies pour la production de cette fiction. Orchestrer tous ces intervenants était crucial pour en assurer la réussite. 

Cela s’explique par la nature du tournage en temps réel. Les différents départements initialement séparés dans le temps sont rassemblés sur le plateau : équipes 3D, déco, lumière et caméra travaillent ensemble dans ce cas.

Une coordination attentive de ces équipes est fondamentale pour avoir une synergie constructive sur le plateau. Le recrutement, le management et le planning technique sont d’autant plus complexes dans cette configuration et nécessitent une gestion transversale précise.

L’avantage d’un bon workflow

▪Réduire le temps de post-production et réduire le temps de tournage permet de réduire les coûts sur un même projet.

▪Profiter pleinement des nouvelles possibilités artistiques du temps réel : le réalisateur a la possibilité de modifier la scène virtuelle, sa lumière, sa composition, l’animation de certains assets si cela a bien été prévu en amont.

▪Meilleure maîtrise des imprévus techniques.

Quels enjeux techniques ?

Bien que cette nouvelle technologie soit enthousiasmante pour son côté high-tech, elle reste assez jeune et toujours en développement. 

L’organisation technique de ces nouveaux tournages change du fonctionnement des plateaux traditionnels : nous avons listé les principaux éléments à prévoir pour vos productions sur plateau led. 

La 3D temps réel

Pour que le réalisateur puisse profiter pleinement de la liberté offerte par le temps réel, nous avions préparé nos assets en amont du tournage de Reboot Now! pour les rendre mobiles et dynamiques.

L’enjeu technique est la conformation de ces objets 3D : il s’agit de trouver le bon équilibre entre réalisme visuel et contrainte de la performance en temps réel. 

 

La gestion de la décoration

L’enjeu de la décoration sur un plateau led est d’obtenir un rendu cohérent entre décor virtuel en arrière plan et déco réelle en avant plan. La direction artistique doit être linéaire entre ces deux aspects.

Les chefs décorateurs sont alors sollicités dès la création des décors virtuels en pré-production et travaillent étroitement avec l’équipe 3D. Ils doivent donner les références visuelles pertinentes et travaillent sur l’agencement du décor virtuel avec les graphistes.

Sur le plateau led, l’enjeu de leur travail est le raccord entre ce qui est projeté et les éléments de décor physiques disposés devant le mur led. L’intégration doit être parfaite dans le retour caméra.

 

La gestion de l’éclairage

Les écrans peuvent aider au réalisme de l’éclairage mais aussi le complexifier.

La lumière générée par les écrans led est délicate à maîtriser en colorimétrie et en puissance pour retrouver la douceur et dynamique du réel. Par exemple, pour recréer une scène ensoleillée, le ciel projeté du plafond d’écrans rendra votre sujet au mieux tout bleu, sinon juste mal intégré. 

De plus, un écran led ne peut pas recréer une source de lumière forte (soleil, projecteur, etc.), il vous faudra des sources externes de lumière, et donc un équilibrage de la puissance entre les écrans et les projecteurs pour arriver à une concordance parfaite

Le travail de DOP s’élargit en s’intégrant à l’équipe 3D sur le plateau virtuel. Et nous travaillons avec des éclairagistes d’événementiel sur ces plateaux pour gérer les sources de lumière et soutenir le DOP sur les scènes complexes.

La robustesse du système

Malheureusement, il s’agit toujours d’une technologie à ses débuts. En regroupant plusieurs systèmes différents pour permettre à un plateau led d’être fonctionnel, il y a souvent des sujets de compatibilité des systèmes à gérer sur le plateau.

La problématique du workflow est d’autant plus cruciale de ce point de vue.

 

Vous avez une question sur les productions en plateau Led ?
Besoin d’un conseil ?
Nous vous répondons vite :

PLATEAU LED,
quelques tips

Spline assure un accompagnement transversal sur les projets en plateau led et fond vert. Nous assurons la faisabilité technique de vos scènes, une maîtrise du budget et des imprévus.

Vous voulez en savoir plus sur nos services de production virtuelle ? 

Voici le Making of complet de Reboot Now!